CLAUDE FITA NE SERA PAS CANDIDAT EN 2020

LES VOYANTS SONT AU VERT

Entouré de nombreux membres de son conseil et de Florence Belou, conseillère départementale, Claude Fita a présenté ses voeux à la population ce vendredi 25 janvier salled e la République. Il a articulé son discours autour de trois points : un bilan de ses 10 ans de mandat, les projets de Graulhet pour 2019 et enfin il a parlé d'avenir.

"Au fil de cette décennie, nous nous sommes investis pour tenir nos engagements et changer l’image de Graulhet pour lui redonner de l’attractivité. Tout n’est pas parfait, tout est perfectible, mais nous avons relevé un beau défi ! Graulhet a changé d’image, Graulhet est à nouveau dynamique et forte. C’est ce que je vais vous présenter en dressant un bilan de la décennie écoulée, avant de vous parler des projets pour 2019 et de conclure sur l’avenir. En 2008, nous avons été élus sur un projet avec pour ambition de relancer l’attractivité de la ville. Démographie, dynamique économique et finances municipales présentaient de sérieux signes de déclin. La situation était grave, le déclin menaçait…

Dix ans après, je ne peux que constater, avec satisfaction, que la ville a gagné 814 habitants en 5 ans, soit une hausse de la démographie de 6,8%.

Trois grandes villes dans le Tarn connaissent une croissance démographique. Graulhet arrive en seconde position et c’est la seule à ne pas bénéficier de la proximité immédiate d’une autoroute. Autre chiffre marquant de cette croissance démographique : le collège affiche un effectif de 814 élèves contre 605 en 2008.  

Notre tissu économique, industriel et commercial s’est également développé, renforcé et articulé autour de trois filières.

Il faut savoir que 30% du produit fiscal économique dont bénéficie l’agglomération provient de Graulhet. Il faut également savoir que la ville compte plus d’emplois que d’actifs, preuve d’une activité économique florissante.

Première filière historique, le cuir, bien sûr, compte aujourd’hui 650 emplois et 80 entreprises. Et surtout je me réjouis de la structuration de l’association Graulhet le cuir qui permet de fédérer tous les acteurs de cette filière.

Seconde filière : le bâtiment avec des entreprises telles que KP1, la Sofema ou MPI. Sans oublier tout le second œuvre avec notamment l’entreprise Durand qui a fêté dernièrement ses 100 ans d’existence.

La chimie verte, troisième filière, n’est pas en reste avec des sociétés comme Weishardt quatrième leader mondial de gélatines. Cette société, séculaire elle aussi, innove avec son collagène de poisson très utilisé dans le domaine du soin cutané anti-âge. Sans oublier des sociétés comme Amiflor.

Le tissu commercial se recentre en cœur de ville et les efforts menés avec l’agglomération portent leurs fruits. Nous recensons en 2018, douze ouvertures de commerces et trois reprises.

A souligner, la richesse culturelle de la ville et son vivier de compagnies artistiques. Certaines font connaître Graulhet à l’international, Les plasticiens Volants ou le Théâtre du rugissant, et des entreprises comme l’imprimerie Escourbiac surfent sur la vague de l’excellence.

Enfin, les comptes de la commune poursuivent leur amélioration constante. Les actions du plan d’efforts partagés et du plan d’efforts valorisé portent leurs fruits : notre excédent cumulé de fonctionnement ne cesse de s’améliorer, notre capacité d’autofinancement est désormais positive, notre encours de dette est en nette diminution. J’aurai l’occasion de vous présenter tout cela de façon plus exhaustive lors de la présentation du compte administratif 2018. Et si l’effort budgétaire doit encore être poursuivi, sachez ce soir, que je proposerai au conseil municipal de ne pas augmenter les taux d’imposition en 2019. Le plan d’efforts partagés a permis de faire face au désengagement de l’Etat, tout en investissant pour la ville : il fallait faire En Gach, il fallait faire Crins, il fallait faire la Plaine de Millet et impulser le traitement des friches. C’est fait !

Graulhet est aujourd’hui forte de bons indicateurs structurels : les voyants qu’ils soient sur le volet démographique, économique ou financiers sont au vert. En toute sincérité, je pense que ces chiffres, je les dois pour beaucoup à mes agents et à tous ceux qui font Graulhet à mes côtés: ils sont le fruit d’un travail sans relâche ! Pour autant, je reste lucide, beaucoup de travail et de chantiers sont encore à mener. Cela nécessitera encore du temps, de l’énergie et des compétences.

En 2018, de nombreux projets ont vu le jour. Toujours dans un souci de protection de l’environnement, d’amélioration du cadre de vie et bien sûr du maintien de nos services publics.

  • Nous avons achevé le chantier de raccordement à l’institution des eaux de la Montagne noire et bénéficions d’une eau de qualité
  • Nous avons développé le transport gratuit
  • La troisième tranche de vidéo protection a été livrée
  • Les travaux sur l’axe Graulhet-Gaillac se sont poursuivis
  • Nous avons continué nos chantiers de photovoltaïque
  • Nous avons inauguré l’espace Marcel Batigne
  • Nous avons repensé les visites de la Maison des Métiers du cuir
  • Nous avons mené des travaux sur le petit patrimoine : la fontaine du Jourdain, les fontaines des bains douches et nous avons remis en place notre chère Rebecca
  • La réhabilitation de Crins a démarré

 

Pour 2019, nos projets seront nombreux. Ils s’inscrivent dans la continuité de notre projet pour Graulhet : réhabiliter la ville et faire de Graulhet une ville dynamique où il fait bon vivre.  

Ainsi, pour lutter contre la désertification médicale, nous inaugurerons mi 2019 notre maison de santé pluridisciplinaire. Nous menons avec l’hôpital de Graulhet, rattaché à l’hôpital d’Albi, une réflexion sur les consultations avancées des spécialistes afin de pallier le manque.

La réhabilitation du quartier de Crins 2 est en marche : enfouissement des réseaux, rénovation des bâtiments et aménagement des espaces publics.

Le chantier de rénovation de l’auditorium est lancé. L’objectif est de nous doter d’un équipement culturel en Coeur de ville permettant d’accueillir des spectacles plus intimistes qu’au forum. C’est aussi rendre la culture accessible à tous en offrant des spectacles à proximité, toujours dans un souci de tarification basse.

La requalification de l’Ilot du Gouch permettra de redonner un nouveau souffle à ce bâti et offrira demain plus de douze logements. Un projet que nous menons en collaboration avec Tarn Habitat et l’agglomération.

Nous poursuivrons tous les efforts d’embellissement de la ville avec le volet propreté mais également réfection de la voirie et les micros chantiers contribuant au bien vivre ensemble.

La réfection de la place du Jourdain est toujours dans les tuyaux. C’est un projet de très grande ampleur, impliquant des réflexions complexes : la circulation, le stationnement, les commerces, le marché de plein vent, la place du Château et l’habitat. La première étape a été de déménager la gare routière qui générait de nombreux conflits d’usage. La deuxième étape se met en route par le lancement d’une étude de préfiguration en travaillant effectivement à créer une connexion entre le haut et le bas, et à impulser une diversité commerciale sur cette place qui doit redevenir la place centrale de Graulhet. 

Toute notre politique municipale, notre politique de constructions, notre politique de projets vise à développer, à embellir notre ville, à offrir toujours plus de justice sociale, soutenir le vivre ensemble et la solidarité.

Nous nous efforçons de créer les conditions pour que tout un chacun, jeune ou moins jeune, actif ou retraité, puisse s’épanouir à Graulhet, mais également travailler et vivre dignement.

Nous élus de Graulhet, sachez-le et soyez-en convaincus, nous ferons tout, non seulement pour défendre le service public de proximité, mais aussi pour investir et offrir aux Graulhétois les services et équipements qu’ils méritent.

Vous le voyez, à Graulhet, nous ne sommes pas que sur la défensive, les contraintes politiques et économiques ne nous empêchent pas d’être offensifs pour faire mieux.

C’est notre différence. Nous sommes combattifs, nous osons nous lancer et faire preuve d’initiative. L’emploi et l’insertion des personnes en difficultés sont des priorités. Ainsi, nous sommes précurseurs dans le projet zéro chômage avec la région.

Nous avons répondu également présents à l’appel à projet en sollicitant  l’établissement public foncier pour traiter des friches tant industrielles que commerciales.

La volonté et l’envie sont les clés de notre réussite et nous agirons toujours pour la justice sociale.

Mais il reste autant à accomplir et les défis sont considérables dans un contexte où nos territoires sont mis à mal sur les plans financiers et politiques.

Parlons justement d’avenir…

En 2020, vous serez appelés aux urnes pour élire les maires des communes.

J’aurai été maire pendant douze ans. Il ne s’est pas passé une journée sans que l’intérêt de Graulhet et de ses habitants ne me quitte. Etre maire est certes un mandat parfois ingrat, c’est intensif, c’est du 24h sur 24, mais c’est un mandat si enrichissant, si passionnant, si fort.

Nous ne sommes pas élus d’une commune pour aller dans les salons dorés du pouvoir. Nous sommes élus pour agir en proximité, au plus près des besoins de chaque Graulhétoise, chaque Graulhétois. C’est notre rôle premier.

D’ailleurs vous aurez pu constater que je n’étais pas à Souillac vendredi dernier sous les projecteurs des caméras. Pour autant j’entends l’appel au secours de ce peuple qui souffre et j’entends les revendications du mouvement des gilets jaunes. Après un mois et demi de manifestations, pour trouver une sortie de crise, le Président de la République a lancé un grand débat national. Il a dit et écrit aux Français qu’il n’y avait aucun tabou sur les questions qui pouvaient être posées, les élus socialistes et républicains lui répondent qu’il ne peut y avoir aucun tabou sur les solutions proposées.

C’est pourquoi, j’espère et je défendrai, comme je l’ai toujours fait, des propositions pour des mesures de justice fiscale et sociale. Et j’inviterai notre Président à opter pour ce que j’ai toujours essayé de mener à bien, à l’échelle de ma ville, à savoir être à l’écoute des concitoyens.

Comme beaucoup d’élus, nous demandons au Président de la République de rompre avec l’exercice solitaire du pouvoir et de faire enfin confiance aux corps intermédiaires.

Le mandat de maire c’est le mandat de l’humain, de la proximité et de la bienveillance au plus près des administrés. C’est un mandat qui nous confronte à la vie, la vraie vie. Il permet bien souvent de prendre de la hauteur, du recul et de relativiser. Il nous confronte parfois à des situations tragiques, à des évènements dramatiques qui viennent ébranler une famille. Il est aussi heureusement émaillé de tranches de vie heureuses, de belles récompenses, de preuves de reconnaissance et de belles histoires qui nous rappellent que la vie c’est aussi le bonheur simple, l’amour, le partage et l’espérance.      

Je sais qu’il y a encore beaucoup de choses à faire pour améliorer la ville et le quotidien de chacun, même si je mesure le chemin parcouru. Comme vous, j’ai beaucoup d’exigences pour notre ville, pour améliorer notre vie.

Je n’ai souhaité qu’une chose, vous prouver à quel point j’aimais ma ville, vous prouver que j’étais le maire de toutes les Graulhétoises et tous les Graulhétois et vous convaincre que j’ai Graulhet dans la peau, dans mon cœur !

Je n’ai souhaité qu’une chose pour cette ville : lui offrir des projets de transformation et d’amélioration, et ces chantiers je les ai menés pour vous, pour nous et pour les générations futures.

J’ai tout donné. Mais ce soir, c’est avec beaucoup d’émotion, que je tenais à vous annoncer que je ne serai pas candidat en 2020. Je cèderai ma place.

 

Demain, je remettrai les clefs d’une mairie dans une situation très favorable, avec des finances saines,  des services particulièrement bien organisés, une intégration à la nouvelle agglomération réussie et la conviction profonde d’avoir toujours soutenu le service de proximité.

Tous les voyants sont au vert, c’est pour moi la plus belle récompense et le plus beau témoignage que je peux offrir à Graulhet.

Mais soyez certains que je resterai un maire dans l’action jusqu’à la dernière minute de mon mandat et je me consacrerai à ma fonction jusqu’au bout !

Il me reste à vous adresser tous mes vœux pour cette nouvelle année. Des vœux de paix pour le Monde, des vœux de santé et de bonheur pour vous et pour vos proches, des vœux de réussite collective, malgré la crise, les difficultés et les épreuves. Et je finirai sur cette citation de Jean Jaurès : « Il ne faut avoir aucun regret pour le passé, aucun remord pour le présent, et une confiance inébranlable pour l'avenir ».

C’est sur ce message d’espoir infini que je vous souhaite une très bonne année 2019".